Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 janvier 2011 5 21 /01 /janvier /2011 16:23

Hier soir j'ai été littéralement conquise !

 

Je l'avoue je suis allée au théatre de Muret assister à la lecture spectacle "Les lettres persanes" de Montesquieu pour faire plaisir à mon amie Francine... Mais quelle joie d'avoir été transportée comme je le fus.

 

Pour moi les Lettre persanes c'était le livre que j'avais été obligée de lire pendant ma scolarité et le souvenir n'en n'était pas très vivant.

 

Les lettres persanes

 

 

"Usbek et Rica, deux nobles persans, font un voyage en Europe. En tenant à jour une correspondance entre eux et leurs amis persans, ils dépeignent d'un oeil faussement naïf - celui qu'une civilisation lointaine pourrait porter sur l'Occident, réduit dès lors lui-même à quelques contrées exotiques - les mœurs, les conditions et la vie de la société française du XVIIIe siècle. "

J'ai été impressionnée par le côté très actuel de ces lettres !

 

Je me demande honnêtement si Rica, interprété ce soir-là par Damien Roussineau, jeune et plutôt séduisant comédien, metteur en scène, réalisateur et auteur, n'a pas un peu orienté mon enthousiasme...

 

Qu'importe je m'en vais de ce pas à la bibliothèque dénicher ce livre pour le dévorer !

Et merci Francine... tu es ma pourvoyeuse littéraire préférée !

Repost 0
Published by dilettante - dans Livres
commenter cet article
19 octobre 2010 2 19 /10 /octobre /2010 10:06

Vous le savez maintenant, je suis une fan d'architecture et Taschen a eu la gentillesse d'éditer récemment ce livre exceptionnel (que je viens de m'offrir), fabuleux  témoignage sur l'architecture du dix-neuvième siècle à nos jours.

 

Architecture Taschen

 

Ces  deux tomes mettent en exergue les architectes en proposant au lecteur un bon aperçu de l'ensemble de leur œuvre.

 

Pour 39 € 90, vous vous offrez un voyage hors du commun !

Quant à moi j'ai déjà découvert de nombreuses oeuvres mais je risque d'aller voir sur place si le reste est bien conforme...

 

L'Architecture moderne A-Z

Relié, 2 vols. sous coffret, 23.8 x 30.5 cm (9.4 x 12 in.), 592 pages 

ISBN: 978-3-8365-2131-4

Edition: Français

Disponibilité: 10/2010 

 

 

 Quelques extraits en photos (de moi bien sûr !) déjà découverts dans mes villégiatures  :   

 

Burnham et Root Flatiron Building

Architecte : Burnham et Root

Fuller building « Flatiron » à New York

 Eglise Keiser Wilhelm à Berlin Architecte : Eiermann Egon

Eglise Keiser Wilhelm à Berlin  

 

Hara Hiroshi Humeda osakaArchitecte : Hara Hiroshi

Humeda sky City à Osaka  

     

 

Foster londres tour Swiss Re Architecte : Lord Norman Foster

Tour Swiss Re à Londres

 Gehry bilbao guggenheim

  Architecte :  Frank O. Gehry

Musée Guggenheim à Bilbao

   

Voilà ces livres vont encore me donner des excuses pour parcourir le monde !

Repost 0
Published by dilettante - dans Livres
commenter cet article
12 juin 2010 6 12 /06 /juin /2010 22:45

Ken FOLLET "Les pilliers de la terre"

 

 

« Dans l'Angleterre du XIIème siècle, ravagée par la guerre et la famine, des êtres luttent chacun à leur manière pour s’assurer le pouvoir, la gloire, la sainteté, l’amour, ou simplement de quoi survivre. Les batailles sont féroces, les hasards prodigieux, la nature cruelle. Les fresques se peignent à coups d’épée, les destins se taillent à coups de hache et les cathédrales se bâtissent à coups de miracles…et de saintes ruses. La haine règne, mais l’amour aussi, malmené constamment, blessé parfois, mais vainqueur enfin quand un dieu, à la vérité souvent trop distrait, consent à se laisser toucher par la foi des hommes. ».

(Résumé verso de la jaquette du livre).

Ce livre de 1000 pages se dévore. C’est une mine d’informations sur la construction des cathédrales au Moyen-âge car il est extrêmement bien documenté.

 

Je viens d’en refaire une deuxième lecture, pour mon plus grand plaisir ! J'ai beaucoup moins accroché sur le deuxième livre "Un monde sans fin".

 

Rien à voir avec le genre (espionnage) des livres habituellement écrits par Ken FOLLET (Le Code Rebecca, les Lions du Panshir, La nuit de tous les dangers, L'homme de Saint-Pétersbourg...) que j'aime aussi beaucoup mais qui sont plus "communs".

 

 

 

Repost 0
Published by dilettante - dans Livres
commenter cet article
17 mai 2010 1 17 /05 /mai /2010 12:52

Voici celui avec qui je vais partager mes soirées et mes nuits pendant un temps certain.

Il sera présent près de moi dès mon réveil, m'accompagnera au coucher, partagera mon lit, sans bruits.

Il se courbera sous mes doigts, se pliera à tous mes désirs...

Bref le compagnon idéal !

 

art

 

Réalisé par un éminent critique d'art et présentateur d'art à la télévision dans les pays anglophone, Andrew Graham Dixon, cet ouvrage avec 2500 illustrations nous fait traverser les siècles et les collections d'art.

 

Son dernier atout ? Son prix 39 € 90, il faudrait être fous pour ne pas les dépenser  !

 

Editeur : Flammarion
ISBN : 978-2-08-122778-1
Nb. de pages : 612 pages

 

Un clin d'oeil à Danièle qui m'a fait découvrir cette merveille.

 

Repost 0
Published by dilettante - dans Livres
commenter cet article
1 mai 2010 6 01 /05 /mai /2010 10:59

Un petit clin d'oeil à celui qui m'appelle ma douce..

Attention, une douce peut cacher une garce !

 

La douce empoisonneuse - Arto Paasilinna  


    

Linnea, veuve, vit seule dans une maisonnette de la banlieue d’Helsinki où tous les mois lorsqu'elle touche sa pension, elle est maltraitée par son voyou de neveu et ses acolytes. Elle décide de se rebeller et d'en finir. Pour ce faire, elle élabore un poison pour l’ingurgiter mais la situation se retourne en sa faveur et le poison change de destinataire.

 

Histoire pleine d'humour et de rebondissements ! Délicieuse mamie concocteuse de potions.... et parfois on se surprend à s'imaginer à sa place !

 

En savoir plus sur Arto Paasilinna né en 1942 en Laponie finlandaise ?

 

 

Repost 0
Published by dilettante - dans Livres
commenter cet article
1 février 2010 1 01 /02 /février /2010 08:20

La Compagnie Grenier de Toulouse présente au Centre Culturel Le Moulin à Roques-sur-Garonne (31) du 22 janvier au 13 février 2010

LE PORTRAIT DE DORIAN GRAY
d’après le roman d’Oscar Wilde
Adaptation et mise en scène : Stéphane Batlle
Avec : Muriel Darras, Katia Lou, Laurence Roy, Pierre Matras, Denis Rey


J’ai assisté à une représentation le dimanche 31 janvier en après-midi (à mon âge je dois me coucher tôt !).

 

C’est grâce à la pièce de théâtre que je devais aller voir que j’ai eu envie de me replonger dans le roman. Et voilà que je fus sujette une fois de plus au bonheur à l’état pur ! Ce roman a la force d'une tragédie grecque, d'un mythe fondateur.

     

Cet unique roman d'Oscar Wilde est pour moi l'un des plus magnifiques livres qu'il m'ait été donné de lire, un chef d'oeuvre. La recherche de la beauté, de la jeunesse a un prix diabolique. Wilde était un visionnaire. Le livre n’a pas pris une ride, il est plus que jamais d'actualité (en effet qui n’a jamais souhaité garder jeunesse et beauté ?).

Un classique à découvrir, redécouvrir ou faire découvrir !

 

 oscar wilde


Quatrième de couverture :

« Le héros de l'unique roman d'Oscar Wilde doit rester éternellement jeune : son portrait seul sera marqué progressivement par le temps, les vices, les crimes, jusqu'au drame final. Dans ce chef-d'oeuvre de l'art fin de siècle (1890), l'auteur a enfermé une parabole des relations entre l'art et la vie, entre l'art et la morale, entre le Bien et le Mal. Les apparences du conte fantastique, et du roman d'aventures, où le crime même ne manque pas, fascinent le lecteur ébloui par les dialogues étincelants de l'auteur de théâtre, les paradoxes de l'esthète, la phrase du poète. La tragédie vécue par l'écrivain, le bagne, le déshonneur, la mort prématurée laissent ainsi, lisse et pur, son roman unique. »

 

Je ne peux pas résister au plaisir de vous livrer quelques phrases prononcées par Lord Henry :

« La seule manière de se délivrer d'une tentation, c'est d'y succomber. »

« Tout excès, de même que toute renonciation, porte en soi son propre châtiment. »

 « Pour retrouver sa jeunesse, il n'y a qu'à en répéter les erreurs. »

« Aujourd'hui, la plupart des gens meurent d'une sorte de bon sens contagieux pour s'apercevoir trop tard que les seules choses que l'on ne regrette jamais, ce sont ses erreurs. »

 

L'auteur

Oscar Wilde, est un écrivain irlandais, né à Dublin en Irlande le 16 octobre 1854 et mort à Paris le 30 novembre 1900. Il publie des pièces de théâtre, des essais, des nouvelles et des poésies.

Son unique roman, Le portrait de dorian Gray, est publié en 1890.

 

Retrouver l’intégralité du livre sur Wikisource

Repost 0
Published by dilettante - dans Livres
commenter cet article
31 janvier 2010 7 31 /01 /janvier /2010 07:34

Je suis toujours matinale et cette fois, c'est moi qui m'y colle, en ce dimanche matin, je vous offre un croissant... Le croissant du trottoir !

Cette nouvelle est extraite du livre de Philippe DELERM "LA PREMIÈRE GORGÉE DE BIÈRE ET AUTRES PLAISIRS MINUSCULES" dans lequel nous sont offerts 34 minuscules plaisirs de la vie de tous les jours.
Impossible de ne pas se retrouver dans l'une de ces nouvelles !

 

« On s’est réveillé le premier, avec une prudence de quêteur indien on s’est habillé, faufilé de pièce en pièce, on a ouvert et refermé la porte de l’entrée avec une méticulosité d’horloger.

Voilà on est dehors dans le bleu du matin ourlé de rose, un mariage de mauvais goût s’il n’y avait le froid pour tout purifier. »…

«...C’est du temps pur cette maraude que l’on chipe au jour quand tous les autres dorment.»…

«…mais on prend un croissant dans le sac, la pâte est tiède presque molle, cette petite gourmandise dans le froid tout en marchant, c’est comme si le matin d’hiver se faisait croissant de l’intérieur, comme si l’on devenait four soit même, maison, refuge, on avance plus doucement, tout imprégné de blond pour traverser le bleu, le gris, le rose qui s’éteint, le jour commence et le meilleur est déjà pris ».

 

Ah moi ce "croissant du trottoir", je le dévore encore et encore depuis des années, péché de gourmandise !

Le livre publié en 1997 fut un succès international, e
ntre 1997 et 2003 il s'est vendu à près d'un million d'exemplaires et a été traduit en une trentaine de langues.



livre delerm



Cette mise en bouche est narrée par Jean-Pierre Cassel dans un merveilleux CD. Elle évoque immanquablement les petits plaisirs que chacun connaît : le dîner au jardin dans ce "on pourrait presque manger dehors", à la fraîche, l'odeur beurrée des croissants chauds, les loukoums fondants de chez l'épicier arabe... Plaisirs simples et évanescents que l'on savoure avec volupté et si vous ne tombez pas sous le charme de cette voix chaude et sensuelle, alors là je ne peux vraiment plus rien pour vous !

cd delerm

Repost 0
Published by dilettante - dans Livres
commenter cet article
5 janvier 2010 2 05 /01 /janvier /2010 21:13

Restons en Espagne et allons parcourir les rues de la splendide Barcelone en compagnie de :

Carlos Ruiz Zafón et de son livre "L'ombre du vent"
Titre original :  La sombra del viento


Par un matin brumeux de l’année 1945 un homme, libraire à Barcelone, emmène son petit garçon - Daniel - dans un lieu secret "le cimetière des livres oubliés", une immense et mystérieuse bibliothèque hantée par de véritables passionnés. Il doit y adopter un volume parmi des centaines de milliers relégués là. Il s'arrête sur "L'ombre du vent" de Julien Carax. Dès lors sa vie sera liée à ce choix et prendra beaucoup de chemins inattendus et énigmatiques.

L'Ombre du vent est avant tout un roman de l’amour du roman. La vie est un livre tentateur, maléfique, obsédant. On y perçoit le fantastique du "Maître et Marguerite" de Boulgakov mais j’y ai surtout senti du Wilde chez Zafón, un peu Oscar, écrivain sulfureux du Portrait de Dorian Gray. Une dimension poétique à l’image du titre où le sujet le plus poignant est bien le temps. Zafón sème le vent et nous récoltons un superbe frisson !  Un régal...

Prix Planeta 2004 du meilleur livre étranger 2004.


L'auteur

Né à Barcelone en 1964, Carlos Ruiz Zafón vit aujourd'hui à Los Angeles. À 14 ans, il écrit son premier roman, histoire truculente de cinq cents pages. À 19 ans, il choisit de faire carrière dans le monde de la publicité qu'il quitte rapidement pour se consacrer à El Principe de las tinieblas. Ce roman, qui lui vaudra en 1993 le premier Edebé, prix de littérature jeunesse, se vend à 150 000 exemplaires et se retrouve traduit dans plusieurs langues. Suivront El Palacio de la medianoche, Las Luces de septiembre et Marina.


Un livre à découvrir impérativement !

Repost 0
Published by dilettante - dans Livres
commenter cet article
3 janvier 2010 7 03 /01 /janvier /2010 09:42

Après "le soleil des Scorta" (prix Goncourt 2004) que j'ai beaucoup aimé, "la mort du roi Tsongor" que j'ai moins aimé, j'ai lu avec beaucoup de plaisir Eldorado.

 


eldorado gaude

"Depuis vingt ans, le commandant Piracci pourchasse et intercepte les bateaux de fortune bourrés d’immigrants clandestins risquant tout pour atteindre une terre remplie de promesses (Eldorado), l’Europe. La rencontre d’une femme survivante de l'un de ces bateaux de la mort va changer son destin. Le récit de son exil en Italie bouleverse le policier et l’entraîne dans un grand voyage. Au même moment, un jeune soudanais quitte sa terre natale pour entreprendre le long périple cauchemardesque vers cet Eldorado européen…"



Date de parution : 08/2006

ISBN : 9782742762613

Absolument parfait pour revoir un peu ses propres préjugés...

Repost 0
Published by dilettante - dans Livres
commenter cet article

Présentation

Recherche