Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 décembre 2013 4 19 /12 /décembre /2013 08:53

Ce sont deux peintres mexicains qu'abrite le sous-sol du Musée de l'Orangerie connu dorénavant sous le sigle M'O.

Couple mythique incarné par Diego Rivera (1886-1957) et Frida Kahlo (1907-1954) qui a bien souvent défrayé la chronique de leur époque.

 

 

Frida Kahlo & Diego Rivera Orangerie affiche

 

Les photos sont interdites dans cette exposition temporaire, ce sont donc les deux seuls clichés que j'ai pu prendre avant de me faire rappeler à l'ordre... 

 

          Frida Kahlo & Diego Rivera Orangerie 2

 Si Frida a réalisé de nombreux autoportraits, elle est aussi victime de la Fridamania. Ce phénomène a débuté dans les années 80 et est en forte recrudescence.

Frida Desigual         

             Ici une publicité détournée par Desigual prise lors de mon voyage à Barcelone en septembre dernier.

 

 

Frida Kahlo & Diego Rivera Orangerie 1

 J'ai vu cette peinture sur un des murs de la SEP (Secretaría de Educación Pública) à Mexico où Diego Rivera a réalisé de nombreuses murales. On y voit en bonne place Frida prenant un fusil.

 

 

Personnellement j'ai trouvé cette exposition "froide" et n'ai pas ressenti "L'art en fusion".

 

C'est sans doute le fait d'avoir vu leurs nombreuses oeuvres in situ lors de mon voyage au Mexique en 2006 qui me rend aussi réservée sur l'exposition actuelle.     

 

Toutefois à l'occasion de cette exposition pourquoi ne pas profiter de :

 

 - lire ou relire :"Frida et Diego" de Jean-Marie Gustave (JMG pour les intimes) Le Clézio chez Gallimard, publié en 1995,  livre sur ce célèbre couple.  

 

- voir ou revoir : "Frida" sorti en 2003 avec Salma Hayek aussi belle que talentueuse et l'excellent Alfred Molina retraçant la vie oh combien mouvementée de nos deux peintres mexicains. 

 

 L'exposition est quant à elle à voir jusqu'au 13 janvier 2014.

Repost 0
Published by dilettante - dans Musées & expositions
commenter cet article
16 décembre 2013 1 16 /12 /décembre /2013 10:06

Je m'étais réservé un peu de temps pour aller découvrir une exposition Design que j'avais vue sur le net, attirée par le titre, Lost in Paris.

 

Dès l'entrée, je suis frappée par la scénographie et la ressemblance du lieu avec un endroit que j'ai adoré au Japon (y étant allée trois fois), à Kyoto : le temple Fushimi Inari. 

 

FR13 - 75 PARIS Lost in Paris 02 JAPON 07 - KYOTO - Fushimi Inari 11

 

Les attractions connues et courrues ne suffisent plus pour attirer le touriste. C'est en partant de cette constatation que le directeur du Lieu du Design a demandé à des Designers de réaliser des projets réalisables.

 

Quand les symboles deviennent des sucettes ! Quel adulte peut oser dire qu'il n'a pas envie de se retrouver avec les petits bâtonnets de son enfance à la bouche ? Cela n'a pas échappé à Massimo Gammacurta, artiste designer New-Yorkais qui propose des symboles franciliens aux gourmands : Tour eiffel, Notre-Dame, pyramide du Louvre, Arc de triomphe, Vélib'...

 

Voilà qui pourrait bien être offert en cadeau aux gourmands de la capitale !

FR13 - 75 PARIS Lost in Paris lolli-pops  FR13 - 75 PARIS Lost in Paris lolli-pops eiffel

 

Quelle belle idée ce Vélib' tandem pour parcourir Paris à deux !

 

FR13 - 75 PARIS Lost in Paris 01

 

 

Pour faire plaisir à ceux qui ne supportent pas de ne pas se voir sur une photo devant un monument je propose cette excellente idée (déjà connue) : vous faire timbrer et envoyer votre photo de voyageur dans le monde, ce qui pourrait peut-être redonner un coup de pouce à La Poste... 

 

FR13 - 75 PARIS Lost in Paris timbres 

 

 

A voir au Lieu du Design

74, rue du Faubourg Saint-Antoine - Paris 12ème 

jusqu'au 11 janvier 2014

Repost 0
Published by dilettante - dans Musées & expositions
commenter cet article
15 décembre 2013 7 15 /12 /décembre /2013 08:34

Je dois l'avouer, cette exposition est ma belle découverte de ma nouvelle virée à la capitale !

Surtout que je n'ai pas eu à me morfondre dans une file d'attente interminable, un régal ! De plus sauf signalisation contraire, les photos étaient autorisées. 

 

Vallotton (1864 - 1929) est un peintre inclassable. Il a débuté avec les nabis puis s'est essayé à de nombreux genres et styles, passant du paysage à la mythologie, à la peinture de guerre et aux nus, de la peinture à la gravure sur bois puis à la photo.

Il avait une admiration particulière pour Ingres.

 

"La loge de théâtre, le monsieur et la dame" a été repris pour l'affiche de l'exposition.

 

Grand Palais Vallotton 01

 

 

Grand Palais Vallotton 02

Le bain turc

 Grand Palais Vallotton 03

            Femme au perroquet

 

 

Grand Palais Vallotton 19

 La Blanche et la Noire

 

Grand Palais Vallotton 11

La chambre rouge

 Grand Palais Vallotton 13

Plage à Etretat

 

Grand Palais Vallotton 06

 Le sommeil

 

Grand Palais Vallotton 04  Grand Palais Vallotton 12  Grand Palais Vallotton 15  Grand Palais Vallotton 10

 

 

Escapade du côté de la mythologie 

Grand Palais Vallotton 16

Persée tuant le dragon

 Grand Palais Vallotton 17

Satyre enlevant une femme au galot

Grand Palais Vallotton 18  Homme et femme ou le viol 

 

 

 Xylographies

Grand Palais Vallotton 05

Le mensonge

 Grand Palais Vallotton 08

Autoportrait

 Grand Palais Vallotton 09

L'émoi

 

A voir jusqu'au 20 janvier au Grand-Palais à Paris et si vous n'avez pas cette chance, je vous invite à faire une recherche sur votre moteur préféré pour en savoir plus sur ce peintre que j'ai découvert avec ravissement.

Repost 0
Published by dilettante - dans Musées & expositions
commenter cet article
11 décembre 2013 3 11 /12 /décembre /2013 18:00

Encore une bien intéressante exposition qui nous est offerte à l'espace EDF Bazacle !

Le lieu par lui même est magique et quoi de plus normal qu'il héberge pour quelques semaines "la fée électricité".

 

Bazacle Mondes Electriques 01

 

      Bazacle_Mondes-Electriques_a.jpg

 

Un passé pas si lointain...

 

Si en France et dans les pays "développés" l'électricité nous apparaît comme une évidence, d'autres pays n'ont pas cette chance : 1,3 milliard d'habitants n'y ont pas accès. 

 

Bazacle Mondes Electriques inégalités

      

 

Bazacle Mondes Electriques 16

Enseigne pour une boutique de portables au

Burkina Faso

Bazacle Mondes Electriques 13

A Calcutta un coiffeur indien travaille à la bougie

 

 

 

Bazacle Mondes Electriques 12

Que se passe-t-il quand l'électricité s'absente ?

C'est la panique !

Adieux ordinateurs, téléphones... tout ce que notre monde moderne nous a apporté et dont nous ne pouvons plus nous passer....         

 

Bazacle Mondes Electriques 05

Affiche officielle de François Mitterrand

pour la campagne présidentielle de 1965 avec en fond un pylône

 

 

Bazacle Mondes Electriques b Bazacle Mondes Electriques c

 

Bazacle Mondes Electriques d 

 

Ceux qui n'ont pas accès à l'électricité déploient des trésors d'ingéniosité pour s'en procurer.

 

Bazacle Mondes Electriques détournements 

 

Ne surtout pas manquer le court-métrage burlesque "La maison électrique" en 1922, de et avec Buster Keaton (22 mn) autour de l'électricité qui est très drôle !

 

A voir jusqu'au 5 janvier 2014

 

EDF Bazacle

11, quai Saint-Pierre
31000 Toulouse

 

 

 

Repost 0
Published by dilettante - dans Musées & expositions
commenter cet article
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 06:00

Le musée des Augustins à Toulouse nous présente une très belle collection de documents enluminés.

 

Antiphonaires, psautiers, livres d'heures, parchemins, richement décorés se succèdent dans le très bel espace de l'église du musée.        

Tresors enlumines 10

 

  Pontifical de Pierre de la Jugie, 1350     

 

Tresors enlumines 03Firman émis par le Sultan

Mahmoud II (1812, Turquie)    

 

Tresors enlumines 05Firdawsi le Livre des Rois (Iran XVIème) Tresors enlumines 08La Cène, initiale C (vers 1534)

 

On y découvre les différents métiers : parcheminier, papetier, scribe, enlumineur.

 

Tresors enlumines 01

Rouleau de prières et son étui (Ethiopie XIXème)

 Tresors enlumines 12

Feuillet double d'un Coran (XIIIème ou XIVème)

 

Livre Ferrat Cordes

 Livre ferrat de Cordes

Exemplaire unique avec sa chaîne

© Mairie de Cordes-sur-Ciel. Photo Charlotte Riou

 

 

Tresors enlumines 18 Tresors enlumines 19Feuillet d'un Livre d'heures, Mise au tombeau 1498 Tresors enlumines 07

 

A voir jusqu'au 16 février 2014.

Je vous recommande de suivre une visite commentée qui est un apport indispensable à cette exposition d'exception.

Compter une heure de visite commentée et au moins une autre heure pour admirer à loisir les documents.   

 

Si vous souhaitez en savoir plus, rendez-vous sur le site Web du musée.   

Repost 0
Published by dilettante - dans Musées & expositions
commenter cet article
1 décembre 2013 7 01 /12 /décembre /2013 07:54

Comment ça vous ne connaissez pas Mademoiselle Kat ? Alors je vais faire les présentations !

Voici une bien belle (re)découverte dans notre rose ville toulousaine !

 

Elle s'affiche dans le métro toulousain. Pour une fois c'est de l'art que nous pouvons contempler et non des pubs à but mercantile. 

 

Elle s'inscrit dans le mouvement du Street art.   

P1050859 

Elle met en scène des personnages fictifs inspirés de Mangas, du cinéma, des pin-up d'antan ou de BD.   

P1050857 P1050864

 Si au détours d'une rue vous voyez apparaître une Catwoman c'est que Mademoiselle Kat est passée par là !

P1050866

 

P1050858 P1050863
       

J’ai eu la chance de rencontrer l’artiste à ma visite du centre de l’affiche ce mercredi 27 novembre, contente de repartir avec une affiche dédicacée.

 

Petite anecdote : en même temps que moi, se trouvaient là 3 policiers. Leurs échanges ont été drôles, ceux qui la « poursuivaient » il y a 20 ans lui demandent maintenant un autographe, ce qu’elle n’a pas manqué de leur dire avec humour…    

 

Merci Mademoiselle Kat, votre travail est un réel plaisir à contempler !

 

A voir jusqu'au 31 janvier 2014

Centre de l’Affiche
58, allées Charles de Fitte
31000 Toulouse
Tél. 05 61 59 24 64

Ouvert du lundi au vendredi de 9 h à 12 h et de 14 h à 18 h
Entrée libre

Visites commentées : tous les mardis à 14h30 (sauf le mardi 24 décembre), et le vendredi 27 décembre à 14h30.

 

 

En savoir plus sur le Centre de l'affiche  ? 

 

Repost 0
Published by dilettante - dans Musées & expositions
commenter cet article
11 août 2013 7 11 /08 /août /2013 21:20
Une fois de plus l'espace EDF Bazacle nous propose une bien belle exposition !
 
Avec Jean-Marie PERIER nous voici plongés dans les années yé-yé.     
     
Françoise Hardy en robe de métal, Johnny et Sylvie jeunes mariés, Delon à la mèche sauvage, France Gall croisant le regard de Michel Berger (mais où était Véronique Sanson ?), Dutronc entouré de filles, et Cloclo bien sûr… Ces photos des années 60 sont entrées depuis si longtemps dans la légende qu’elles n’en ont pas besoin. Celui qui les a réalisées, Jean-Marie Périer, Parisien devenu Aveyronnais, nous raconte les dessous de quelques-uns de ces clichés.
C’est l’histoire d’un âge d’or qui n’existait qu’en poster, replié au milieu d’un magazine intitulé «Salut les Copains».
 
Parfois tendres et émouvants, d’autres fois drôles et fantaisistes, pris sur le vif ou mis en scène, ces portraits d’idoles révèlent parfois une étonnante complicité entre sujet et photographe. A travers les 140 clichés présentés, c’est le reflet d’une époque que l’on peut entrevoir.
Ce que l'on imagine comme le bon temps quoi ! 
Ces années où tout ou presque était devenu permis... 1968 et sa révolution pointait son nez... 
Ces musiques sortaient de la chambre de mes frères et soeurs et envahissaient la maison... Les années yé-yé ont rythmé mon enfance. C'était "le temps de l'aventure, le temps des copains" chanté par Françoise Hardy.
 
Après être allée ce jour revoir pour le quatrième fois cette exposition, je vous livre quelques un de mes clichés favoris. 
 
En exergue ma photo préférée de cette exposition  
 
P1020126 
 Cherchez l'instrus....    
P1020112 P1020118 P1020120
                                                      
 
P1020123 P1020125
                                    
 
P1020113 Sylvie P1020122
                                             
Bazacle Années 60 02
 
P1020114 P1020124
                                   
 
Là j'avoue que j'ai séché ! Et vous ?
P1020117
 
Bazacle Années 60 01 Bazacle Années 60 05 Bazacle Années 60 10
 
Bazacle Années 60 07 Bazacle Années 60 08
 
Bazacle Années 60 04 Bazacle Années 60 06 Bazacle Années 60 09
 
 Reconnaissez-vous cette chanteuse de rock anglaise au timbre de voix si particulier ?
Bazacle Années 60 03
 
 
La plupart d'entre eux sont devenus des vedettes et sont toujours présents sur la scène. Saurez-vous les identifier ? 
 
P1020111
 
 Vous avez jusqu'au 25 août 2013 pour vous plonger dans le temps de l'insouciance ! 
"C'est le temps de l'amour, le temps des copains et de l'aventure...." 1964
 
Repost 0
Published by dilettante - dans Musées & expositions
commenter cet article
2 février 2013 6 02 /02 /février /2013 09:06

Place du Capitole, poussez la porte de la Fondation Ecureuil. Ses voûtes et ses murs de briques rouges sont depuis le 1er février l'écrin d'oeuvres originales proposées par Liu Bolin, artiste chinois né en 1973. 

 

Dilettante31 Toulouse Fondation Ecureuil Liu Bolin 01

 

Il met en scène le corps dans un environnement dans ses séries "Hiding in the city".  Ses photos-performances font environ 150 cm sur 120 cm. Dans son uniforme militaire chinois, il se fond dans divers environnements. 

Ses clichés se négocient actuellement entre 5 000 et 10 000 euros.

 

Dilettante31 Toulouse Fondation Ecureuil Liu Bolin 09 Dilettante31 Toulouse Fondation Ecureuil Liu Bolin 10 

 

 Sans les chaussures il est parfois difficile de repérer le personnage !

 

Dilettante31 Toulouse Fondation Ecureuil Liu Bolin 14 Dilettante31 Toulouse Fondation Ecureuil Liu Bolin 15

 

Dilettante31 Toulouse Fondation Ecureuil Liu Bolin 08

 

 

 

Dilettante31 Toulouse Fondation Ecureuil Liu Bolin 22 Dilettante31 Toulouse Fondation Ecureuil Liu Bolin 23

 

Dilettante31 Toulouse Fondation Ecureuil Liu Bolin 33

 

 

Comme dans ce kiosque l'intrus est difficile à indentifier ! 

Dilettante31 Toulouse Fondation Ecureuil Liu Bolin 16 Dilettante31 Toulouse Fondation Ecureuil Liu Bolin 17

 

 Dilettante31 Toulouse Fondation Ecureuil Liu Bolin 04

 

Dilettante31 Toulouse Fondation Ecureuil Liu Bolin 27 Dilettante31 Toulouse Fondation Ecureuil Liu Bolin 28

 

Dilettante31 Toulouse Fondation Ecureuil Liu Bolin 24

 

 

Dilettante31 Toulouse Fondation Ecureuil Liu Bolin 18 Dilettante31 Toulouse Fondation Ecureuil Liu Bolin 19

 

Je n'ai pas particulièrement apprécié ces trois oeuvres ...

 

Dilettante31 Toulouse Fondation Ecureuil Liu Bolin b

 

Dilettante31 Toulouse Fondation Ecureuil Liu Bolin c

 

Dilettante31 Toulouse Fondation Ecureuil Liu Bolin d 

 

et celles-ci ne m'ont pas subjugée non plus !

 

Dilettante31 Toulouse Fondation Ecureuil Liu Bolin 25

 Séries "Red hand" - Sculptures en fibre de verre

 

Camouflage panda plus vrai que nature !

Dilettante31 Toulouse Fondation Ecureuil Liu Bolin 20 Dilettante31 Toulouse Fondation Ecureuil Liu Bolin 21

 

 

  Dilettante31 Toulouse Fondation Ecureuil Liu Bolin 31

 

Accordez quelques minutes à cette  video sur la façon de travailler de l'artiste. 

 

J'adore quand il  s'attaque au coffre de la Société Générale !

Bien sûr l'art du camouflage n'est pas nouveau mais il a eu la brillante idée de l'exploiter ! Ce qui confirme que la vie est ce qu'on en fait ! Tout est possible finalement...

Bonne nouvelle non ?

 

A voir jusqu'au 30 mars 2013

   

Fondation espace écureuil
3 place du capitole - 31000 Toulouse
Entrée libre du mardi au samedi 11h - 19h30 (05 62 30 23 30)

Repost 0
Published by dilettante - dans Musées & expositions
commenter cet article
13 janvier 2013 7 13 /01 /janvier /2013 09:37

Je n'ai pas été enthousiasmée par l'exposition "Tapis volants" ni par les tapis en général mais j'ai particulièrement été séduite par deux installations :

 

1)  "Undercurrent, 2004" de Mona Hatoum [avec en arrière plan "La Dépouille du Minotaure en costume d'Arlequin" (1936) rideau de scène de Picasso pour le Théâtre du Peuple dit "Rideau de scène pour Le Quatorze-Juillet" de Romain Rolland].

 

 

Abattoirs Rideau Picasso

 

Grâce a une visite guidée effectuée par une conférencière que j'apprécie tout particulièrement, Geneviève Furnemont, deux interprétations sont proposées (merci Sébastien) :

 

 - les câbles tissés comme un tapis symbolisent le voyage et la découverte et les câbles non tissés les chemins qui mènent au tapis. Quant aux lumières elles offrent la connaissance et l'ouverture au monde rendues possibles par ce tapis.

- l'artiste étant Libanaise née à Beyrouth, le maillage représente celui d'une burqa empêchant l'accès à ces mêmes lumières...  

 

Mon interprétation est encore différente car je peux dissocier l'installation du tapis de scène de Picasso : la bête entraîne sa proie au milieu des flammes (lumières) pour un sacrifice rituel.

 

2) "Le coquelicot", Taysir Batniji "Hannoun" tapis éphémère constitué de tailles de crayons de dimensions variables, la fleur de coquelicot est suggérée, devinée, ce qui la rend encore plus fragile.

 

Abattoirs Coquelicot

 

Abattoirs Coquelicot détails

 

Pour les personnes qui souhaitent appronfondir leur culture sur le rideau de scène de Picasso, un excellent document en format pdf d'une quarantaine de pages est mis à disposition par le Musée des Abattoirs à cette adresse.   

Repost 0
Published by dilettante - dans Musées & expositions
commenter cet article
14 novembre 2012 3 14 /11 /novembre /2012 10:11

Voilà un évènement exceptionnel, incontournable et peut-être unique !

 

Après une exposition au Musée de l'Hermitage à Lausanne l'été 2010 que j'ai eu la chance d'aller voir, une rétrospective d'environ 130 oeuvres est proposée au Grand Palais à Paris. A ne pas manquer !

 

Edward HOPPER (1882-1967) fut un observateur incomparable de la société américaine (american way of life). Ses peintures sont des témoignages des mutations sociales de ce nouveau continent au 20ème siècle.

 

hopper au grand palais

 

Hopper est un grand maître de la maîtrise de la lumière. Il me plaît aussi de me remémorer que c'est à Paris qu'il a découvert cette lumière.

 

Il peint à merveille les lieux tranquilles et souvent déserts et la lumière particulière qui émane de ses tableaux produisent un fort sentiment d'étrangeté voire parfois d'inquiétude.

 

hopper house by railroad 1925 hopper Room in New York 1932

 

Cette toile de 1925 "House by railroad" a inspiré Alfred Hitchcock dans "Psychose" pour le motel Bates Quant à la seconde,"Room in New York",1932, elle inspira "Fenêtre sur cour".

 

Ce tableau, au titre français "Soir bleu" de 1914  fut mis à l'écart par la société américaine : on reprocha à l'artiste d'avoir peint un tabelau "too french" (groupe de personnages très (et trop) français, à gauche un maquereau, une prostituée, un couple de bourgeois) trop typique de la vie parisienne. Le clown au centre évoque probablement un tableau qu'Hopper avait beaucoup admiré au Louvre, le Gill de Watteau.

Ce tableau ne fut redécouvert qu'après son décès.

 

 

hopper soir bleu 1914 redim

 

 J'ai été extrêmement surprise par la façon de travailler de l'artiste. Une vidéo nous montrait que toutes ses oeuvres étaient d'abord réalisées au crayon et tous les angles lumineux y étaient inscrits, impressionnant !

hopper study for morning sun hopper morning sun redim

 

hopper Conference at night 1949 redim

 

hopper hotel-room redim hopper morning redim 

 

 

Quant à moi, j'ai trouvé mon inspiration à Saint-Jean de Luz quand j'ai vu cette maisonnette en haut de la colline, j'ai tout de suite pensé au tableau "Second story sunlight" 1960.    

 

Saint jean de luz redim

 

Hopper Second Story Sunlight 1960 redim 

 

 

A voir au Grand Palais jusqu'au 28 janvier 2013. 

Repost 0
Published by dilettante - dans Musées & expositions
commenter cet article

Présentation

Recherche